Glauque – L’urgence de dire

© Glauque

Depuis Namur, les cinq potes de Glauque mettent son un rap hybride (comprendre : qui n’en est pas vraiment un), qui leur a récemment permis d’effectuer quelques dates en Belgique, mais également d’être en finale du Concours Circuit organisé au Botanique. C’est dire s’ils avaient leur place dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

Condore – Touche de grâce

© DR

Échappée de Dan San, la claviériste Léticia Collet fait dans la dentelle pop avec un premier EP (Jaws) à entendre comme une collection de ballades à la pureté désarmante. C’est dire si ce projet en solitaire avait toute sa place dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

Glints – Rap à part

© DR

Ce n’est plus un secret : le hip-hop trouve un nouveau souffle à travers toute la Belgique. C’est donc depuis Anvers que Glints déploie son rap hybride, porté par un univers cinématographique, des clins d’œil à Ennio Morricone et un flow nonchalant qui lui permet de trouver sa place dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

Saskia – Cœur sensible

© Saskia

Elle n’a ni le buzz d’Angèle, ni la productivité d’un Damso, mais Saskia s’impose déjà depuis Bruxelles comme l’une des voix belges à suivre dans les prochaines années. D’où sa présence dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

Lous and The Yakuza : « Exprimer sa colère musicalement, c’est humain, ça défoule ! »

© DR

Plutôt que de parler de la nouvelle scène locale, Eventail.be a décidé de donner carrément la parole à ceux qui risquent de secouer le paysage musical belge ces prochaines années. À l’image de Lous and The Yakuza, entité derrière laquelle se cache Marie-Pierra, une artiste de 23 ans déjà dans le cœur des mélomanes avec son premier single, Dilemme.

Blu Samu : « La musique, c’est une thérapie »

© Rayan Nohra

Plutôt que de parler de la nouvelle scène locale, Eventail.be a décidé de donner carrément la parole à ceux qui risquent de secouer le paysage musical belge ces prochaines années. Blu Samu en fait partie. Et son dernier EP, « Ctrl-alt-del », partagé entre rap et chant, entre nervosité et douceur, en atteste avec un savoir-faire mélodique évident.

Isha : « La musique est un exercice thérapeutique »

© DR

Plutôt que de parler de la nouvelle scène locale, Eventail.be a décidé de donner carrément la parole à ceux qui risquent de secouer le paysage musical belge ces prochaines années. Isha, lui, participe à ce dynamisme depuis plusieurs années, en groupe ou en solo avec la série d’albums La vie augmente. Nous l’avons rencontré à l’occasion de la sortie du troisième volume et en marge de son concert à l’Ancienne Belgique le 14 mars prochain, porté par des conflits intérieurs et un sens de la narration assez rare.

Glass Museum, la rencontre du jazz et des musiques électroniques

© Barthélemy Decobecq

Plutôt que de parler de la nouvelle scène locale, Eventail.be a décidé de donner carrément la parole à ceux qui risquent de secouer le paysage musical belge ces prochaines années. Glass Museum est de ceux-là : après un premier album ancré dans le jazz (Deux), les deux Belges amènent davantage d’électronique dans leur formule avec Reykjavik, un deuxième album où chaque « morceau est inspiré par un élément naturel ».

Primero : « Mon nouvel EP, c’est une petite carte de visite »

© Primero

Plutôt que de parler de la nouvelle scène locale, Eventail.be a décidé de donner carrément la parole à ceux qui risquent de secouer le paysage musical belge ces prochaines années. Si Primero, membre du collectif bruxellois L’Or du Commun, participe à cette effervescence depuis plusieurs années, son retour en solitaire pourrait enfin l’imposer comme un haut parleur du rap belge. Rencontre avec un artiste en quête de « masterpieces », auteur d’un nouvel EP (Serein) qui en dit long sur son sens de la mélodie et son goût pour le storytelling.

STUFF. a tout pour incarner l’avenir du jazz en Belgique

© STUFF.

Plutôt que de parler de la nouvelle scène locale, Eventail.be a décidé de donner carrément la parole à ceux qui risquent de secouer le paysage musical belge ces prochaines années. Le quintet anversois STUFF. a beau œuvrer depuis quelques années au dynamisme de la scène jazz, c’est bien son nouvel album, T(h)reats, qui témoigne d’un véritable savoir-faire mélodique, et d’un univers dans lequel on a envie de se lover à l’avenir.